Médias > UN SON QUI OUVRE L'ESPRIT À LA SÉRÉNITÉ

04. Le Vœu à l’Il-Won-Sang

Le Vœu à l’Il Won Sang

L’Il-Won est le domaine du Calme (ip-jeong-cheo) au-delà des mots et des paroles, la porte de la naissance et de la mort qui transcende l’être et le non-être, l’Origine du Ciel et de la Terre, des Parents, des Prochains et des Lois, la Nature des bouddhas, des sages, des gens ordinaires et de tous les êtres vivants. Il peut être permanent aussi bien qu’impermanent : considéré comme permanent, il est éternel et sans fin, tel qu’il est et spontané, et il s’est déployé en un monde innombrable ; considéré comme  impermanent, il opère des transformations à travers la formation, le maintien, le dépérissement et l’anéantissement de l’univers, à travers la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort de tous les êtres, à travers les six lieux produits par les actions corporelles et mentales des quatre formes de naissance, et il s’est déployé en un monde innombrable, tantôt en progression, tantôt en régression, là où tantôt une grâce naît d’un dommage, tantôt un dommage naît d’une grâce.

C’est pourquoi, êtres vivants bornés que nous sommes, prenant pour modèle l’Il-Won-Sang, le Bouddha-Dharmakâya, et nous efforçant de tout notre cœur d’apprendre, tantôt à maintenir parfaitement corps et esprit, tantôt à connaître parfaitement les faits et principes, tantôt à user parfaitement du corps et de l’esprit, nous faisons le vœu que ce soit par une progression et en recevant une grâce plutôt que par une régression et en subissant un dommage que nous puissions obtenir la grande force de l’Il-Won et ne fassions plus qu’un avec sa nature.
twitter facebook google+