Médias > UN SON QUI OUVRE L'ESPRIT À LA SÉRÉNITÉ

05. Le Sūtra du Cœur (Mahāprajñāpāramitā-Hṛdaya-sūtra)



Maha banya baramilda sim gyeong
(Sȗtra du Coeur de la Perfection de Sagesse transcription phonétique du coréen)


Gwan ja je bo sal haeng sim ban ya ba ra mil ta shi
Jo gyeon o on gae gong do il che go aek 
Sa ri ja saek bul i gong gong bul i saek saek jeuk si gong gong jeuk si saek 
su sang haeng sig yeok bu yeo si
Sarija si je beop gong sang bul saeng bul myeol bul gu bu jeong
bu jeng bul gam si go gong jung mu saek mu su sang haeng sik 
mu an i bi seol sin eu mu saek seong hyang mi chok beop mu an ge nae ji 
mu eu sik ghe mu mu myeong yong mu mu myeong jin
nae ji mu no sa yeong mu no sa jin mu go jip myeol do mou ji yeong mu deuk 
i mu so deuk go Borisalta eu ban ya ba la mil da go sim mu gwa ae 
mu gwa ae go mu yu gong po weol li jeon do mong sang gu gyeong yeol ban sam se je bul 
eu ban ya ba ra mil da go deuk a nyok da ra sam myak sam bo ri go ji ban ya ba ra mil ta si 
dae sin ju si dae myeong ju si mu sang ju si mu deung deung ju neung je il che go jin sil bul 
heo go seol ban ya ba ra mil da ju jeuk seul ju wal
«aje aje bara aje bara seung aje moje sa ba ha
aje aje bara aje bara seung aje moje sa ba ha
aje aje bara aje bara seung aje moje sa ba ha »



Sūtra du Cœur
de la Grande Perfection de Sagesse
(Mahāprajñāpāramitā-Hṛdaya-sūtra)
Le Bodhisattva Avalokitesvara, tandis qu’il pratiquait la profonde perfection de sagesse, observa que les cinq agrégats étaient tous vides et passa au-delà de toute souffrance et détresse.
« Sāriputra ! La forme ne diffère pas de la vacuité ; la vacuité ne diffère pas de la forme. La forme n’est que vacuité ; la vacuité n’est que forme. Cela est vrai de même pour les sensations, les perceptions ; les impulsions et la conscience. »
« Sāriputra ! Tous les dharmas ont la marque de la vacuité : ils ne naissent ni ne cessent, ne sont ni souillés ni purs, ne croissent ni ne décroissent. C’est pourquoi, dans la vacuité, il n’y a : ni forme, ni sensation ; ni perception, ni impulsion, ni conscience, ni œil, ni oreille, ni nez, ni langue, ni corps, ni esprit ; ni forme, ni son, ni odeur, ni goût, ni toucher, ni objet mental ; ni domaine visuel … jusqu’à ni domaine de la conscience ; ni ignorance, et aussi ni cessation de l’ignorance … jusqu’à ni vieillesse et mort, et aussi ni cessation de la vieillesse et mort ; ni cognition, et aussi ni atteinte, car il n’y a rien à atteindre. »
« Puisque les bodhisattva s’appuient sur la perfection de sagesse, leur esprit est sans entraves. Parce qu’ils sont sans entraves, ils sont sans peur. Laissant loin derrière les vues déformées et les perceptions pareilles à des rêves, finalement – nirvāna ! »
« Puisque tous les bouddhas des trois temps s’appuient sur la perfection de sagesse, ils atteignent le complet, parfait Eveil. »
« Sache donc que la perfection de sagesse est le grand mantra, le mantra de la grande connaissance ; le mantra insurpassé, le mantra sans égal ; celui qui peut apaiser toute souffrance. Cela est vrai, et non faux. Aussi, récite le mantra de la grande perfection de sagesse, qui dit : 
« aje aje bara aje bara seung aje moje sa ba ha
   aje aje bara aje bara seung aje moje sa ba ha
     aje aje bara aje bara seung aje moje sa ba ha »

gate gate pāragate pārasamgate bodhi svāhā
parti, parti, parti au-delà, parti tout au-delà. Eveil ! Salut !
twitter facebook google+