Pratiques > Méditation assise > Méthode de la méditation assise
Méthode de la méditation assise

La méthode de la méditation assise est tellement simple et facile que tout le monde peut la pratiquer :

1. Après avoir étendu le coussin et vous être installé à l’aise en lotus, alignez la tête et le tronc bien droit.

2. Laissez se poser toute la force de votre corps dans le centre danjeon (‘champ [de l’élixir] de cinabre’) et, sans vous attacher à une seule pensée, ne soyez conscient que de l’énergie qui s’est établie dans le danjeon. Quand l’esprit devient distrait, l’énergie se détend ; aussi n’oubliez pas de la rassembler et de l’y rétablir.

3. Maintenez votre respiration régulière, avec une inspiration un peu plus longue et un peu plus forte et une expiration un peu plus brève et un peu plus faible.

4. Garder les yeux ouverts est nécessaire pour chasser le démon du sommeil mais, si l’énergie de votre esprit est fraîche et si vous êtes sûr que, même les yeux fermés, le démon du sommeil ne vous envahira pas, alors vous pouvez éventuellement essayer en fermant les yeux.

5. Gardez la bouche toujours fermée. Si, après une longue pratique, la montée de l’eau et la descente du feu se passent bien, alors une salive claire et douce s’écoulera de façon continue de la racine de la langue entre les dents ; recueillez cette salive et avalez-la de temps en temps.

6. L’esprit devrait être toujours vraiment vif dans le calme et vraiment calme dans la vivacité. S’il a tendance à s’endormir, rafraîchissez-le ; s’il est entraîné dans des pensées fallacieuses, rétablissez-le avec vigilance et demeurez dans le domaine de votre visage originel, qui est le non-agir de la Nature.

7. Ceux qui pratiquent la méditation assise pour la première fois peuvent avoir mal aux jambes et être envahis par des pensées fallacieuses. Si vos jambes vous font mal, vous pouvez changer leur position un certain temps. Quand vous êtes envahis par des pensées fallacieuses, reconnaissez-les simplement pour des pensées fallacieuses et elles s’évanouiront d’elles-mêmes. Vous ne devez absolument pas en être contrarié ni découragé.

8. Si vous pratiquez la méditation assise pour la première fois, il se peut que votre visage ou votre corps vous démangent, comme si des fourmis vous couraient sur la peau. C’est le signe d’une plus grande transmission de la pulsation du sang. Ne vous grattez donc pas et n’y touchez pas.

9. Pendant la méditation assise, ne recherchez absolument rien d’extraordinaire ni de miraculeux. Même si de telles choses se produisaient, considérez-les seulement comme des bizarreries, n’y faites pas attention.

Si vous poursuivez sans vous arrêter et sur une longue durée comme il est décrit ci-dessus, il est certain que vous oublierez finalement la distinction entre sujet et objet, que vous oublierez finalement temps et lieu et que, demeurant dans le véritable domaine du Calme absolu et de la non-discrimination, vous vous réjouirez dans l’incomparable Béatitude de l’esprit.