Dharmas > Livre principal du Bouddhisme-Won

[Partie Trois : La pratique]
Chapitre Dix : L’offrande à Bouddha

Il ne faut plus, comme dans le passé, prier l’image de Bouddha pour les châtiments et les bienfaits qui proviennent du ciel et de la terre, des parents, des compagnons ou des lois. Comme toutes les choses de l’univers sont bien des incarnations du Bouddha Darmakaja, Vérité des lois, il y a un Bouddha dans chaque chose et chaque chose peut faire l’objet d’une offrande. Nous devrions donc offrir nos prières respectivement au ciel et à la terre, aux parents, aux compagnons et aux lois pour tous les châtiments et les bienfaits qui en proviennent. Voilà une offrande qui serait à la fois réaliste et efficace.

En ce qui concerne les périodes de temps consacrées aux offrandes, il ne faudrait plus faire comme dans le passé où celles-ci étaient sans fin. Comme il y a des objectifs qui demandent, pour être réalisés, l’offrande de miliers, de centaines ou de dizaines de vies, d’autres quelques vies seulement ou quelques dizaines d’années, et que certains ne demandent que quelques mois, quelques jours ou même rien qu’un instant, la longueur des périodes d’offrande devrait être appropriée aux caractéristiques de l’objectif concerné. Voilà des offrandes qui seraient à la fois réalistes et efficaces.

twitter facebook google+