Dharmas > Livre principal du Bouddhisme-Won

[Partie Trois : La pratique]
Chapitre Six : Le journal régulier et le journal périodique

A. Définition et objectif

Nous avons déterminé, aussi bien pour les pratiquants laïcs que pour les pratiquants de l’ordre et pour les gens instruits comme pour ceux qui le sont moins, comment tenir d’une part un journal régulier de façon à réfléchir au déroulement des affaires du jour, à voir si nous avons utilisé des critères justes et été vigilants ou non, et à faire le point sur notre avancement dans l’étude et voir si nous avons respecté les préceptes ou non, et d’autre part un journal périodique pour que ceux qui s’instruisent dans un centre d’étude ou de méditation écrivent le nombre d’heures qu’ils ont consacré journellement au travail, combien ils ont reçu et dépensé quotidiennement, comment ils ont utilisé leur esprit et leur corps ainsi que ce qu’ils ont éprouvé comme impressions et sensations dans la journée.

B. Du journal régulier

1. En ce qui concerne nos actions, chaque chose que nous faisons doit être examinée pour voir combien de fois nous avons été vigilants ou non et nous devons écrire "réfléchi"(younyeom) devant les choses que nous avons faites après réflexion sur ce qui est recommandé et interdit ou "irréfléchi"(mounyeom) lorsqu’il s’agit d’un choix effectué sans attention. Au début, quelles que soient les conséquences de nos actions, on ne tiendra compte que de l’attention ou de l’inattention. Mais en avançant dans la pratique, l’analyse se fera en fonction des conséquences et le calcul dépendra du nombre de réussites et d’échecs.

2. Pour faire le point sur notre étude dans les domaines de la culture de l’esprit et de la recherche des faits et des principes, nous devons écrire le nombre d’heures que nous y avons consacré ; quant aux réunions habituelles et aux retraites pour l’entraînement périodique, nous devons noter si nous y avons participé ou non.

3. En ce qui concerne les préceptes, nous devons examiner si nous les avons respectés ou non et, s’il y a eu transgression, nous devons noter le nombre d’infractions en face du point concerné.

4. Pour ceux qui ont des difficultés à lire et à écrire, nous avons créé un système spécial d’évaluation avec des fèves de couleurs(taijosapeop) pour différencier les actes réfléchis des actes irréfléchis; il suffit de prendre une fève blanche pour chaque action réfléchie et une fève noire pour chaque action irréfléchie, puis de calculer le nombre total dans chaque catégorie.

C. Du journal périodique

1. Si nous demandons de noter chaque jour le nombre d’heures de travail, c’est que par la comparaison du temps passé à des choses utiles et des moments perdus dans la journée, nous voulons amener les personnes à faire plus attention pour qu’à l’avenir elles ne perdent plus de temps à des choses inutiles.

2. Si nous demandons d’écrire chaque jour les revenus et les dépenses, c’est que nous voulons amener les personnes qui n’ont pas de revenus à trouver des moyens d’existence par un travail diligent et les personnes qui dépensent trop à réduire ces dépenses, de façon à éviter la pauvreté et à vivre avec plus d’aisance. Nous voulons aussi que les gens aisés perdent la mauvaise habitude de vivre dans l’oisiveté.

3. Si nous demandons d’écrire comment nous avons utilisé notre esprit et notre corps, c’est pour que nous fassions un bilan des châtiments et des récompenses à partir de l’analyse de nos actions de la journée et que nous acquerrions par la mise en évidence de ce qui est correct ou incorrect, bénéfique ou dommageable, les moyens de faire les bons choix en toutes circonstances.

4. Si nous demandons de mettre par écrit nos sensations et nos impressions, c’est que nous voulons mettre en évidence l’évolution de notre discernement en ce qui concerne les principes de l’harmonie de la nature.

twitter facebook google+