Le Bouddhisme-WON
    
<Grand Maître Fondateur Sotaesan>
    
<Bouddha Shakyamuni>

    « La Loi bouddhique est la plus grande Voie de l'univers : elle révèle les principes fondamentaux de la nature véritable ; elle apporte la solution du grand problème de la naissance et de la mort ; elle montre le principe du karma et contient le chemin de la pratique et de l'ascèse et, ainsi, elle contient des éléments qui surpassent toutes les doctrines religieuses ».

    (Prologue – 3)

    « Le fait de vénérer le Cercle Parfait dans notre communauté est analogue à la vénération des statues de Bouddha dans le bouddhisme au cours des siècles passés, mais les statues représentent l'apparence extérieure de Bouddha, alors que le Cercle Parfait représente l'esprit de Bouddha. Ce que l'on désigne sous le nom de l'esprit de Bouddha est tellement grand et infini qu’il peut comprendre à la fois l'être et le non-être, et qu’il s'étend au passé, au présent et à l'avenir ; il s'agit donc de l'origine de toutes les choses de l'univers, d'un état de méditation transcendentale dépassant les possibilités d'expression de la parole. »

    (Doctrine – 3)

    « Le bouddhisme deviendra à l'avenir la principale religion du monde entier. Cependant, la Loi bouddhique de l'avenir ne sera pas la Loi bouddhique institutionnelle et traditionnelle comme celle qui a été transmise dans le passé : elle ne sera pas séparée des classes sociales des lettrés, des agriculteurs, des artisans et des commerçants ; de plus, ce sera une loi bouddhique dans le cadre de laquelle tous les fidèles, qu’ils soient ecclésiastiques ou laïcs pratiquants, s'adonneront à l'étude et à la pratique. Le culte rendu à Bouddha ne consistera pas, non plus, à vénérer seulement certaines statues de Bouddha ; on comprendra que toutes les choses de l'espace et de l'univers sont Bouddha ; il n'y aura donc pas de différence entre le travail, d'une part, et l'étude et la pratique, d'autre part : bien s'acquitter du travail dans le monde équivaudra à bien étudier et pratiquer la Loi bouddhique, et celui qui étudiera et pratiquera bien la Loi bouddhique, sera une personne qui s'acquittera bien de son travail dans le monde. De même, en ce qui concerne les offrandes à Bouddha, il n'y aura plus de lieux spéciaux destinés à faire ces offrandes, ni de bouddhas à part pour les recevoir : ces lieux et ces bouddhas existeront en fonction du travail et des vœux de l'offrant. Quand il en sera ainsi, il n'y aura plus aucun lieu sans temple et sans bouddha ; alors, les bienfaits des bouddhas se répandront en toutes choses et dans l'univers tout entier, et le monde sera alors l'inimaginable et idéale Terre de Bouddha. »

    (Prologue – 15)

twitter facebook google+